• Werwolf

     

    Instigita de Bertil Wennergren mi provis traduki "netradukeblan" poemon: Der Werwolf (Der lupfantomo) de Christian Morgenstern (al la franca) Jen la originalo kaj la rezulto:

    Comment traduire un poème intraduisible? non seulement les jeux de mots, mais autant que possible l'ambiance, la sensualité sonore, etc, c'est un problème! exemple:

    Original allemand:

    Christian Morgenstern

    Der Werwolf

    Ein Werwolf eines Nachts entwich
    von Weib und Kind, und sich begab
    an eines Dorfschullehrers Grab
    und bat ihn: Bitte, beuge mich!

    Der Dorfschulmeister stieg hinauf
    auf seines Blechschilds Messingknauf
    und sprach zum Wolf, der seine Pfoten
    geduldig kreuzte vor dem Toten:

    "Der Werwolf", - sprach der gute Mann,
    "des Weswolfs"- Genitiv sodann,
    "dem Wemwolf" - Dativ, wie man's nennt,
    "den Wenwolf" - damit hat's ein End.'

    Dem Werwolf schmeichelten die Fälle,
    er rollte seine Augenbälle.
    Indessen, bat er, füge doch
    zur Einzahl auch die Mehrzahl noch!

    Der Dorfschulmeister aber mußte
    gestehn, daß er von ihr nichts wußte.
    Zwar Wölfe gäb's in großer Schar,
    doch "Wer" gäb's nur im Singular.

    Der Wolf erhob sich tränenblind -
    er hatte ja doch Weib und Kind!!
    Doch da er kein Gelehrter eben,
    so schied er dankend und ergeben.

    Ma "traduction" en français

     

    paraphrase de Christian Morgenstern:

    Le LOUP-GAROU

    Un loup-garou, une certaine nuit,

    Laissa sa moitié et puis se rendit

    Auprès de la tombe d’un maître d’école

    Et lui dit, « sur moi dis tout, c’est ton rôle ! »

    Le digne fantôme au regard sévère

    Monta de la tombe tandis que le loup

    S’assit sagement sur son petit derrière,

    Et le maître annonça d’un ton bien doux :

    « -On peut à ton sujet puisque nous y sommes

    Se demander encor bien des choses en somme.

    Loup-garou? mai avant

    il faut se dire: loup-garquand ?

    Loup-garcomment ? et puis

    Bien évidemment loup-garqui ? »

    Toutes ces questions semblèrent au loup bien absconses,

    Car en fait ce qu’il voulait c’était les réponses.

    « -Point de réponses, dit le puit de savoir,

    Etre imaginaire, nul ne peut te voir ! »

    A ces mots l’animal éclata tout en larmes.

    « -Oh!, même les baisers de ma douce moitié

    Ne pourrons plus me faire me sentir tout entier.

    Rester un loup-garou est un sort qui m’alarme.»

    Mais comme le loup était bien poli,

    Il remercia et puis repartit.

    R. PLATTEAU 18 août 2001

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :