• Préfecture de l'Oise continue de semer la terreur !

    La Préfecture de l'Oise continue de semer la terreur !

    Ce sont cette fois Galip et Hakim SONMEZ, turques, d'origine kurde,
    qui sont touchés. Ce jeune couple est arrivé clandestinement en France
    le12/10/02 avec Selhat et Fivat, des jumeaux âgés tout juste d'un an.
    Ces derniers ont maintenant 5 ans. Depuis, le couple a eu deux autres
    enfants, tous deux nés en France : Azad né en juin 2003 et Silan née en
    septembre 2004. Galip a du fuir la Turquie car il avait participé à des
    activités politiques organisées par le mouvement HADEP, mouvement kurde
    dissout depuis par les autorités turques. Il était recherché par les
    forces de l'ordre. En tant que kurde et militant, il craignait à juste
    titre de subir tortures et mauvais traitements et d'être incarcéré.
    Galip ne peut toujours pas envisager de retourner en Turquie en raison
    des menaces qui pèsent sur lui et sa famille du fait de leur origine et
    de son passé de militant. Les enfants n'ont de manière évidente aucun
    lien avec la Turquie. Le haut Commissariat au Réfugiés signalait encore
    récemment que les kurdes rapatriés courraient de gros risques
    d'arrestation dès leur arrivée, d'autant plus s'ils étaient soupçonnés
    d'être proches de mouvements politiques contestés par les autorités.


    Le 6 septembre dernier, le Préfet a refusé la demande de carte vie
    familiale effectuée suite à la circulaire Sarkozy. Il n'a avancé aucun
    motif précis pour justifier ce refus (la famille répondait à tous les
    critères de la circulaire).


    L'arrêté de reconduite du 30/11/06 à été notifié ce 04/01/07. Il est
    absolument impossible pour Hakim et Galip d'envisager un retour. Quelle
    solution pour cette famille avec 4 très jeunes enfants ? Ils ont déjà
    connu la galère, en Turquie et à Creil en janvier 2005. En effet, à ce
    moment là, ils étaient sans logement en plein hiver avec leurs 4
    enfants. Ils ont été orientés en urgence vers le foyer AFTAM de Noyon
    où ils sont encore aujourd'hui, malgré l'absence de droit à hébergement
    et malgré les risques d'interpellation, car ils n'ont pas d'autre
    solution. En juillet, nous avions tous cru à une régularisation. Nous
    pensions, comme le laissait espérer la circulaire, que cette famille
    allait pouvoir enfin bénéficier des moyens de poursuivre leur
    intégration. Galip avait déjà plusieurs possibilités d'embauche. Il a
    des compétences dans le bâtiment. Les enfants, perturbés par leur
    histoire, les difficultés et angoisses de leurs parents, avaient enfin
    retrouvé un équilibre. Ils sont régulièrement scolarisés. Nous sommes
    très inquiets et démunis pour aider cette famille. Nous faisons appel
    au soutien de tous et à une large solidarité. Le recours devant le
    Tribunal Administratif d'Amiens va être rédigé avec l'aide de Maître
    Caron, nous vous tenons informés. Dans l'immédiat, nous appelons
    chacune et chacun, les élus, les organisations... à envoyer des
    messages de protestation au Préfet de l'Oise (en reprenant même
    brièvement l'historique ci-dessus et en réclamant l'abrogation
    immédiate de cet APRF et la délivrance pour cette famille d'un titre de
    séjour humanitaire ou "vie privée et familiale" :


    par mel : courrier@oise.pref.gouv.fr et/ ou valerie.lepicard@oise.pref.gouv.fr ou par fax : 03 44 06 11 30


    Possibilité d'envoyer des fax(s) gratuits sur le site : http://www.alliancemca.net/faxgratuit.html jeudi 4 janvier 2007.

     

    Nouvel Arrêté de reconduite à la frontière (APRF) pour une famille de militants kurdes réfugiés dans l'Oise. Source : resf


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :